Pour discuter : 514-575-2392
|
Mon blogue hypothécaire

De récents rapports de deux grandes banques canadiennes (CIBC et Banque Scotia) offrent un aperçu de la génération millénaire et de l'accession à la propriété, ainsi que de l'incidence d'Internet sur le magasinage d'une hypothèque. Résultat : près des deux tiers des représentants de la génération millénaire prévoient devenir propriétaires d'une maison au cours des cinq prochaines années, mais n'ont pas encore d'argent pour constituer une mise de fonds. Quelque 96 % des Canadiens utilisent Internet pour trouver de l'information, mais 70 % d'entre eux se fient encore à des conseillers hypothécaires.

Parmi les Canadiens âgés de 18 à 24 ans, les deux tiers (64 %) prévoient accéder à la propriété. Quelque 63 % cherchent à acheter une maison au cours des cinq prochaines années, mais près de la moitié (44 %) affirment ne pas avoir commencé à économiser. La mise de fonds est le principal obstacle. Cependant, la hausse des prix est aussi considérée comme ayant une incidence sur leur capacité d'achat.

Une majorité (56 %) de Canadiens comprennent la situation et affirment que des mesures devraient être prises pour aider la jeune génération à devenir propriétaire. Près de 77 % estiment qu'il est plus difficile d'acheter une maison pour les jeunes Canadiens d'aujourd'hui qu'il ne l'était pour les générations précédentes.

Voici les principales conclusions du sondage de la CIBC au sujet de la génération millénaire et de l'accession à la propriété :

  1. 64 % des Canadiens âgés de 18 à 34 ans affirment avoir l'intention d'acheter une maison. Parmi ceux-ci : 63 % prévoient le faire au cours des cinq prochaines années, et 44 % n'ont pas encore commencé à épargner en vue de leur mise de fonds.
  2. 54 % des représentants de la génération millénaire qui prévoient acheter une maison affirment que leur principal obstacle à l'accession à la propriété est d’épargner suffisamment pour leur mise de fonds. Parmi les autres obstacles, on retrouve le manque de sécurité d'emploi et de revenus suffisants pour payer des versements hypothécaires (53 %) et la hausse des prix de l'immobilier (46 %).
  3. 56 % des Canadiens affirment que des mesures devraient être prises pour aider les jeunes Canadiens à accéder à la propriété.
  4. 77 % des Canadiens affirment qu'il est plus difficile d'acheter une maison aujourd'hui pour les jeunes Canadiens qu'il ne l'était pour les générations précédentes.

Qu'est-ce que cela signifie pour les courtiers en prêt hypothécaire et les consommateurs? En fait, il s'agit de bonnes nouvelles pour les consommateurs. À mesure que la concurrence augmente, les produits hypothécaires deviennent plus adaptés et proposent plus d'options. La concurrence est une bonne chose, car elle vous donne des choix. Les courtiers peuvent mettre ces choix à votre disposition.

Puisque les taux d'intérêt sont plus faibles que jamais auparavant, il est facile de trouver un faible taux affiché auprès de votre banque locale ou de votre courtier en prêt hypothécaire. Cependant, les prêts hypothécaires ne sont pas aussi simples que certains le prétendent, surtout lorsque le taux est le seul élément considéré.

Il est important que les acheteurs s'informent sur les prêts hypothécaires, notamment les aspects suivants : modalités de remboursement anticipé, pénalités, taux fixe ou variable, prêt hypothécaire fermé ou remboursable par anticipation, etc. Chaque situation est unique, car chaque emprunteur a besoin de sa propre stratégie.

Encore une fois, le volume considérable de renseignements en ligne peut être déroutant. Même s'il est bien d'effectuer des recherches sur Internet, une fois que vous détenez les renseignements voulus, il demeure important de faire affaire avec un conseiller en prêt hypothécaire agréé qui posera les bonnes questions afin d'établir un prêt hypothécaire sur mesure qui répond à vos besoins à court et à long terme.